AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MONSIEUR LE SÉDUCTEUR
avatar
△ MIROIR : Colton Haynes
△ LETTRES ENVOYÉES : 145
△ POINTS : 1185
△ VALISES POSÉES LE : 26/04/2015
△ PSEUDO : LaDiva, jeune demoiselle propriété de Circé
△ CRÉDITS : crackle bones, circé et moi pour l'avatar

MessageSujet: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Sam 9 Mai - 2:26


Quand on vit un truc formidable, c'est dur d'y renoncer
Moroë


Je devais penser a quelques choses de sympathique pour nous deux. Oui je devais réfléchir a faire quelque chose avec lui, un peu plus..en dehors de la maison. Mais aussi en dehors du fait que les voles fermés et que passer nos journées ensemble dans une demeure ça peut faire peur pour certains. Normalement je devais y aller avec Annabeth, mais disons qu'elle ne voulait pas au dernier moment. Je...j'en suis assez satisfait. Je ne voulais pas d'elle, d'accord elle a vu que j'avais acheté des tickets et elle pensait que je les avais pris pour nous deux. Pour le couple que nous sommes, mais en fait il n'en était rien. Je les avais pris pour aller avec lui, avec Siloë. Mais elle avait défait tout mon plan, jusqu'au moment où elle ne veut plus aller avec moi. J'en suis content...je voulais pas passer une journée complète dans un parc d'attraction avec elle. Surtout pas. Elle aurait fait que parler et m'embrasser. Je ne veux pas. Mais étrangement le fait d'y aller avec Siloë ne me stresse pas vraiment. On va juste devoir faire attention a ne pas trop se coller, ni a faire comme d'habitude. Nous ne serions pas deux personnes partageant une intime relation, mais juste deux amis qui vont s'amuser dans un parc. Ça va aller, j'en suis certain. Pourtant alors que nous sommes en voiture et qu'il arrête pas de faire la tête, je me demande si c'était une bonne chose. Je ne lui ai pas dis où nous allons. Je ne lui ai rien dis, car j'espère un peu lui faire plaisir. Et puis si il est pas content ça me changera pas, il ne l'est jamais. Toujours a faire la gueule ce garçon. Toujours a bouder...Même quand j'essaye de faire des efforts il n'est pas content. J'en ai marre, si jamais il veut rentrer on rentrera. Mais qu'il compte pas sur moi pour l'inviter autre part.Plus jamais. Je me dis intérieurement que si jamais dans un certains réflexes je l'embrassais, ça serait la fin pour moi...Non, je ne dois pas me laisser aller de la sorte. Je dois pas penser comme ça alors que nous ne sommes pas encore arrêté. Je dois juste faire comme si c'était un ami, rien d'autre. Je dois faire comme si c'était un garçon normal a mes yeux, et non celui avec qui je passe beaucoup de temps dans mon lit. Ça va être dur, peut être même douloureux et étrange au début mais ça fait rien. Et puis je suis sûr que ça ne va pas déranger Siloë, peut être même l'enchanter. Pour une fois je vais le laisser tranquille. Mais j'espère juste qu'il va profiter un minimum de sa journée. Et surtout, draguer personne...sinon je vais pas me priver pour le faire aussi. Ouais, même si j'ai une copine. Que voulez vous, entre elle et moi c'est officiel pour les autres, mais avec Siloë...c'est plus intime. Et je suis le seul a le savoir, même lui n'est sans doute pas au courant. Même si il m'a dit qu'il m'aimait je n'y croit pas vraiment. Je suis comme ça, je ne croit en personne. Et encore moi en celui qui me dit ça alors que j'ai complètement gâche sa vie. En le prenant a ses amis et a sa famille, même si cette dernière est nulle. Je ne l'a connais pas, sauf le gars qui lui sert de frère jumeau...Il est pas très futé, mais c'est sans doute parce qu'il a perdu sa mémoire en même temps. Bref, je n'ai pas envie qu'il se paye ma tête en me disant qu'il m'aima alors que si ça se trouve ce n'est pas vrai. Que dis-je? Ce n'est pas vrai, tout ça n'est qu'un mensonge. Lorsque nous arrivons devant l'entrée j'ai une boule au ventre pourtant je ne dis rien...je laisse courir. Je dois pas avoir peur, non. Surtout pas maintenant. «Tu viens?» Je fais le tour de ma voiture pour aller lui ouvrir la portière. Lui jetant un regard assez insignifiant. Du moins j'essaye de le rendre aussi neutre que possible. «Siloë Lou Adonis, je vous emmène au parc d’attraction.» Je lance un regard vers les manèges qui sont visible de l’extérieur pour leurs grandes hauteurs.

.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONSIEUR LE MANIPULATEUR
avatar
△ MIROIR : Logan Lerman
△ LETTRES ENVOYÉES : 164
△ POINTS : 1234
△ VALISES POSÉES LE : 14/04/2015
△ PSEUDO : Circé chérie de LaDiva
△ CRÉDITS : nightsky&Tennessee.

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Sam 9 Mai - 18:52


J'te déteste.
Moroë


Une visite au parc d'attractions, la rousse s'est assise à côté de moi et m'a dit qu'elle allait au parc d'attractions avec Mordred et qu'elle était désolée de me laisser tout seul. Parfois je me demande ce qu'elle a dans le cerveau, pourquoi elle m'aime bien ? Je comprends pas pourquoi elle agit comme si j'étais son petit frère, j'ai toujours été horrible avec elle, à l'insulter de tous les noms sans qu'elle l'entende. Je pense qu'au fond, elle a une bonne âme, qu'elle est gentille, qu'elle mérite d'être avec l'homme qu'elle aime. Moi, je suis juste un idiot, j'ai frappé Mordred à sang, et je me suis enfui lâchement le laissant là. Je suis juste un monstre, un vrai monstre, on devrait devrait pas m'aimer, elle ne devrais pas être gentille avec moi, je comprends pas pourquoi elle est comme ça alors qu'elle devrait me détester du plus profond de son coeur. J'ai mal à l'âme, j'ai mal au coeur. J'ai fondu en larmes dans les bras de la personne que je devrais haïr car elle a pris le coeur de l'homme que j'aime, je devrais pas être comme ça, je devrais juste oublier et pas craquer. Ce jour-là, comme punition Mordred m'a laissé dans le salon avec elle et elle en a profité pour tout me dire, pour dire qu'elle allait faire cette sortie avec l'homme dont elle était éperdument amoureuse. J'ai craqué, juste, elle m'a pris dans ses bras comme une mère et m'a caressé les cheveux, comme si j'étais son enfant, comme si je comptais pour elle. Mais, elle a continué elle a dit qu'elle était amoureuse de Mordred, qu'elle m'aimait bien, qu'elle ne savait pas pourquoi j'étais là mais que ce n'était pas grave, qu'elle me protégerait. Me protéger de quoi . De la douleur ? Si tu savais Annabeth comme ta simple présence ici me fait souffrir. Je pleurai, encore et encore, dans les bras de la femme que mon coeur et ma tête souhaiter écorché vif. N'est-ce pas complètement ironique ? Je suis juste un idiot, un idiot blesser. Je ne sais pas, je n'ai pas compris quand Mordred ma demander de venir dans la voiture alors que normalement il avait rendez-vous avec Annabeth. Je me souviens, qu'après que j'ai craqué dans les bras de la rousse, que j'ai dits à Mordred de ne pas la blessée, de ne pas lui faire du mal. Je suis égoïste, Mordred mérite d'être heureux avec une jolie jeune fille, pas avec un petit con comme moi. Égoïste, égoïste, égoïste. C'est ce que je suis, je me dis sans cesse dans ma tête, je ne le mérite pas. Il a encore des bleus, je suis désolé, désolé d'avoir perdu ce maudit contrôle, j'suis désolé de tout, de l'avoir frappé. Le voyage en voiture s'éternise et je ne souris pas, je ne veux pas sourire. Je fais la gueule, je ne comprends pas ce qu'il manifeste, mais je me dis qu'il va me déposer dans une sorte pour garderie pour animaux tandis qu'il va aller parler avec Annabeth dans ce parc d'attractions. Mes yeux sont dans le flou, je n'aime pas être si proche de lui sachant ce que je lui ai fait précédemment, je me sens indigne de ça, je me sens mal, je me sens idiot, complètement idiot. Quand la porte de la voiture s'ouvre je descends de mon nuage, j'ai l'impression qu'il me regarde comme si j'étais de la merde, le seul mot que je comprends c'est "parc d'attractions"... Pardon ? C'est... Moi ? Il m'emmène au parc d'attractions ? Je me lève d'un bond. Ah, ça fait bizarre que mes cheveux ne me tompe par devant les yeux, c'est Annabeth qui a coupé mes cheveux, il paraisse que ça me rend plus innocent. Mais qu'importe. Je saute dans les bras de Mordred pour lui faire un câlin, et je l'embrasse rapidement. «Merci, merci, merci ! » Quand je me rend compte de mon geste il est trop tard, je me recule d'un coup et essaie de reprendre un visage neutre même si mes yeux pétillent. « Heu... Je... Je veux dire... Que... C'est cool de ta part...» Pathétique. 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miranamidaa.tumblr.com/
MONSIEUR LE SÉDUCTEUR
avatar
△ MIROIR : Colton Haynes
△ LETTRES ENVOYÉES : 145
△ POINTS : 1185
△ VALISES POSÉES LE : 26/04/2015
△ PSEUDO : LaDiva, jeune demoiselle propriété de Circé
△ CRÉDITS : crackle bones, circé et moi pour l'avatar

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Dim 10 Mai - 3:46


Quand on vit un truc formidable, c'est dur d'y renoncer
Moroë


J'ai encore des traces de ce qu'il m'a fait. J'ai encore la preuve de ce qu'il m'a fait enduré. Je les cache, il ne les voit même pas. J'ai réussi a camoufler l’œil au beurre noir que j'ai désormais j'ai la lèvre rouge, une cicatrice prenant doucement place sur cette dernière. J'ai quelque bandages aussi sur mon torse. Je me souviendrais sans doute toujours de ce qu'il m'a fait, oui je ne risque pas de l'oublier. Je me suis retrouvé seul, allongé dans mon sang, je me suis traîné jusqu'au téléphone et j'ai appelé les secours. Quand ils sont arrivés, il était déjà partit. Je m'en fiche un peu, j'étais même rassuré de ne pas le voir. Je voulais pas. Je ne suis resté que une nuit là-bas, seulement pour me reposer un peu. Le lendemain je suis rentré comme si de rien n'était. Annabeth n'a pas compris comment ça m'est arrivé, je lui ai juste dit que ce n'était rien. Puis elle n'a pas posé d'autre question. Lorsqu'il me saute dans les bras j'évite de ne pas grimacer de douleur. Même si jamais je l'avais vraiment fait, je sais que ça aurait dans ma tête. Je ne montre jamais mes émotions, même si c'est de la douleur ou autre. Il dépose un léger et rapide baiser sur mes lèvres avant de se retirer. J'en souris, mais pas complètement. Juste un petit sourire au coin, je ne fais pas attention a ça. Il est si mignon quand il est content, je vois aussi qu'il essaye de se contrôler après ça, mais je le vois dans ses yeux. Ils pétillent de joie, parfait, c'est ce que je voulais. Oui je voulais voir dans ses yeux de la joie, du bonheur, ça changera un peu. On a pas reparlé de l'accident depuis, je n'ai pas abordé le sujet lui non plus. Il voit bien mon visage, mais nous n'en parlons pas. Je ne veux pas en entendre parler. «Je suis content que ce soit cool de ma part de t'avoir invité alors.» Je réponds sous le même ton que lui. Mais je sens que la journée va bien se passer, je le vois a son visage. « Tu sais Siloë, c'est pas un crime d'être content hein...» Je lui donne un petit coup de coude tout en fixant ses yeux joueurs. Oh oui, je sens que la journée va bien  se passer. Du moins je l'espère.
.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONSIEUR LE MANIPULATEUR
avatar
△ MIROIR : Logan Lerman
△ LETTRES ENVOYÉES : 164
△ POINTS : 1234
△ VALISES POSÉES LE : 14/04/2015
△ PSEUDO : Circé chérie de LaDiva
△ CRÉDITS : nightsky&Tennessee.

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Dim 10 Mai - 13:35


J'te déteste.
Moroë


Je me souviens quand je l'ai frappé, mon cerveau fonctionnait à plein régime, comme si je devais trouver rapidement une issue à la violence, cette issue c'était de la frapper. Mon coeur a explosé, malheureusement. J'ai ressenti des choses que je n'avais jamais ressenties, de la peine, de la tristesse, de l'agacement et de la rage. Dans ma tête je me disais que s'il n'acceptait pas mes sentiments c'était par dégoût pour moi, par dégoût pour ce que j'étais, ce que je suis. Pourtant, je me rend compte que non, il ne me déteste pas, malgré tout ça, que ce n'est pas vraiment du dégoût qu'il y a dans les yeux, il n'y a pas que ça, ce sentiment horrible qui me prend la gorge. Je suis désolé pour les blessures qu'il a eues, je suis désolé pour mon excès soudain de violence, mais, il n'y a pas lui qui a le droit d'être violent ! Je comprends pas, j'ai le droit moi aussi d'exploser, j'ai le droit d'avoir de la haine, de la rage et de la rancune. Je vois pas le problème dans tout ça, je sais pas ce que je dois faire pour être pardonné ou pour tout ce que je lui ai fait. Parfois je me dis que je devrais partir, partir loin de lui pour le laisser avec la personne qu'il aime vraiment. Mes idées vont finir par polluer ma bonne humeur, je n'aime pas me laisser aller comme ça et passer d'une humeur à une autre. Pourtant je ne peux pas ne pas imaginer que je suis son second choix, qu'il voulait y aller avec Annabeth normalement et que moi j'suis seulement là pour faire beau, comme d'habitude. J'essaie du mieux que je peux de ne pas me rembrunir, de laisser cette joie-là où elle est de ne pas éteindre ces lumières dans mes yeux. Quand il bouscule je me remets à sourire, tant pis si je suis un second choix, je veux m'amuser aujourd'hui, et pourquoi pas prouvé à mon cher Mordred que je suis mieux qu'Anna. J'aimerais vraiment être son petit officiel moi aussi, mais, être homosexuel c'est surement mauvais pour son image. Je me fous de tout. Quand il ferme la voiture et qu'il se dirige vers l'entrée du parc je le prends par la main, restant instinctivement derrière lieu. J'ai toujours eu ce réflexe quand je me balade avec lui, je reste derrière lui, comme pour me cacher des regards des autres, j'ai l'impression d'être un enfant pris en faute, que son père tire derrière lui pour le faire avancé. Ma tête est au niveau de ses omoplates, j'ai l'impression d'être voûté, je ne regarde pas devant moi, je baisse la tête et regarde mes pieds, je manque d'ailleurs de trébucher plusieurs fois sur eux, et ma tête heurte plusieurs fois le dos de Mordred mais cette fois, je n'ai plus sa main dans la mienne, ma main a attrapé sa chemise pour que je tienne la distance. « Mo'...Mo... Y a trop de monde, je me sens pas bien...» C'est vrai, j'aime pas forcément être entouré de gens que je connais pas, je suis heureux, certes, mais j'ai un peu peur. Un peu beaucoup quoi. Quand on arrive dans un endroit isolé je respire subitement et me blottis contre lui, contre son torse. « Je... Je ne suis jamais allé dans un parc d'attractions avant... Je pensais pas qu'y aurait autant de monde. » Je respire doucement, je respire son odeur, je me calme un peu. « Ça va, ça va. On fait quoi en premier ? » Je suis un idiot, je ne trouve rien d'autre à dire ? Vraiment ? 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miranamidaa.tumblr.com/
MONSIEUR LE SÉDUCTEUR
avatar
△ MIROIR : Colton Haynes
△ LETTRES ENVOYÉES : 145
△ POINTS : 1185
△ VALISES POSÉES LE : 26/04/2015
△ PSEUDO : LaDiva, jeune demoiselle propriété de Circé
△ CRÉDITS : crackle bones, circé et moi pour l'avatar

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Dim 24 Mai - 1:27


Quand on vit un truc formidable, c'est dur d'y renoncer
Moroë


On est sans doute, deux gros connards de première. Mais qu'est ce qu'on y peut? Nous sommes comme ça, c'est dans nos gênes. Et ça, ça s'est même transmis a nos frères. Du moins pour Lebannen je le sais, mais pour Conrad, le jumeau de mon...De Siloë, je ne le sais pas vraiment. Je ne le connais pas, mais du moins, pour l'instant il ne me semble pas être quelqu'un de violent. Mais après tout, je suppose qu'il n'est pas vraiment un ange. Personne ne l'est, personne ne peut l'être. Je n'en connais aucun et même si des fois, je pourrais croire que Siloë est un ange, je me rends compte qu'en vérité ce n'est qu'un démon. Mais si lui est un démon, moi je suis le diable en personne. Je me dis souvent que je ne devrais pas vivre, qu'on me laisse dans les ténèbres je n'ai plus envie de me battre pour remonter a la surface. Mais moi, comparé a certains, je ne me mutile pas. Mes poignets ont aucune traces, ils sont comme neufs. Je n'ai jamais essayé de me suicider. Je ne fume pas, mais je bois. Seulement quand je vais mal. Je m'enferme quelque part et je commence a boire, je peux le faire pendant des heures. Et quand c'est comme ça, je peux être violent avec Siloë. Je ne veux pas qu'il me voit brisé comme ça, je dois tellement faire pitié quand je suis saoul. « Ouais, je suppose que j'y suis pour quelque chose.» Je baisse un peu les yeux, je n'aime pas ce que je lui ai fais, mais d'habitude je ne lui montre jamais. Je suppose qu'il y a des chances pour que je m’excuse auprès de lui d'ici quelques temps, que sincèrement je m'en veux de lui avoir fait subir ça. Sauf que je garderais pour moi l'autre côté de la chose. Le fait que j'étais a la fois heureux de lui avoir fait ça, que comme ça j'ai eu la preuve que j'ai un cœur humain, vu qu'il me l'a volé. Je ne le lui dirais sans doute jamais, il ne saura jamais mon petit secret. «T'en fais pas Silo', respire ça va aller mieux.» Je ne sais pas quoi lui dire d'autre. D'un côté que pourrais-je dire d'autre? Que si il a besoin je peux le prendre dans mes bras? Que si il a besoin on peut rentrer? « Ce que tu veux, a vrai dire ça dépend si tu préfères les sensations fortes ou non. Et puis c'est ta journée, donc profite...j'veux dire c'est bien que tu veuilles bien et je...» Je crois que je n'ai jamais été comme ça. Jamais. C'est tellement pitoyable mon dieu, je crois que je rougis légèrement. Je ne trouve plus les mots et puis c'est tellement niais... Je le décolle de moi, je ne veux pas de ça...je ne veux plus de rien en réalité. Je passe un bras sur ses épaules, le gardant près de moi, mais tout en évitant de croiser son regard. « Je suis là, donc, ne crains rien. Bon allez tu veux aller où?» Le parc tout entier nous tends les bras.
.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONSIEUR LE MANIPULATEUR
avatar
△ MIROIR : Logan Lerman
△ LETTRES ENVOYÉES : 164
△ POINTS : 1234
△ VALISES POSÉES LE : 14/04/2015
△ PSEUDO : Circé chérie de LaDiva
△ CRÉDITS : nightsky&Tennessee.

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Dim 24 Mai - 21:59


J'te déteste.
Moroë


C'est fou ce que je me sens bien dans les bras de Mordred, je sais qu'il n'aime pas forcément pas ça, je sais qu'il est effrayé. Oui, il est effrayé de moi, il a peur de nous, du fait que je l'aime. Je suis désolé d'avoir pensé qu'il était homophobe, si c'était le cas, il ne m'aurait pas laissé l'embrasser, il ne mettrait pas son bras sur mon épaule, Voilà, il ne ferait pas tout ça, il serait plus dur, plus méchant, il me dirait de me ramasser et de me taire.

« J'suis désolé... Tu sais, de t'avoir frappé. Je pensais vraiment que tu me détestais, je pensais que je te dégoûtais parce que je t'aimais. Et, je, j'espère que ce n'est pas le cas. » Je dis ça pendant qu'on marche, pendant qu'il garde son bras autour de moi, tandis que je me dirige vers l'attraction la plus haute et la plus flippante de ce parc. « Heureusement que j'ai pas mangé ce matin...» Si je suis suicidaire ? Oui. Si je suis sadique ? Oui. Si je suis maso ? Aussi. Parce que ce truc-là fait vraiment peur, genre, on dirait que c'est la dernière ligne droite, comme si on allait mourir. Je sais, la queue de ce manège est longue et ça promet d'attendre un moment, mais, je préfère me mettre dans la queue dès maintenant comme ça on est sur de monter vite. Venant de Mordred j'aurais pensé qu'il nous prenne des accès VIP, et comme ça, on serait monté deux fois plus vite. Quoi ? C'est beau de rêver. « Oh ! Bloody Hell ! Elles sont adorables les peluches ! »

Mon doigt désigne un stand, de tir à la carabine, y a une tortue, et un ours, et c'est vraiment trop mignon ! J'essaierai d'en gagner une plus tard, en espérant qu'elles soient toujours là, je suis amoureux des peluches, enfin, en général, mais j'en ai pas tellement, même pas du tout depuis que je suis chez Mordred. Enfin, si c'est lui ma peluche, quand il le veut bien. Je suis confortablement blotti contre son torse, c'est chaud, ça fait du bruit et ça me calme. Son coeur bat vite, et, comme ça, dans ses bras, j'ai l'impression d'être sa petite amie. On marche dans la file, on peut faire que ça, attendre, et les peluches me font de l'oeil, alors je soupir, je suis plus un gamin. Si ? De temps en temps je jette un regard à ces peluches, puis reviens à Mordred, puis revient à mes pieds. L'ours lui ressemble un peu.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miranamidaa.tumblr.com/
MONSIEUR LE SÉDUCTEUR
avatar
△ MIROIR : Colton Haynes
△ LETTRES ENVOYÉES : 145
△ POINTS : 1185
△ VALISES POSÉES LE : 26/04/2015
△ PSEUDO : LaDiva, jeune demoiselle propriété de Circé
△ CRÉDITS : crackle bones, circé et moi pour l'avatar

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Lun 25 Mai - 1:52


Quand on vit un truc formidable, c'est dur d'y renoncer
Moroë


Il s'excuse, je n'y suis pas habitué. Je devrais peut être moi aussi m'excuser...Je ne sais pas vraiment, ça sera sans doute la première fois que je le dirais sincèrement. Non je ne le hais pas parce qu'il m'aime, non, puis j'ai toujours du mal a m'y faire. Des fois je me demande si il n'a pas subit un sort ou quelque chose comme ça. Comment il a pu tombé amoureux de moi? Moi son ravisseur? Non, je ne comprends pas, mais il le faudra bien un jour. «T'en fais pas...j'ai jamais été doux avec toi non plus. Non, je ne t'ai jamais détesté. Enfin si, quelque fois, mais ça a toujours un rapport avec moi. Je...je sais pas comment l'expliquer.» Non je ne sais pas, c'est dur, mais je dois bien faire avec. C'est ainsi. Il va devoir se contenter d'une réponse comme ça.

J'ai toujours mon bras autour de ses épaules. Je suis beaucoup plus grand que lui, comme beaucoup plus musclé. On pourrait croire qu'on est un couple comme ça. C'est étrange, mais pourtant je ne retire pas mon bras. Il reste toujours a sa place, fidèle au poste. Lorsqu'il se met a parler, brissant ce long silence, mes yeux se posent directement face a l'attraction dont il parle. Oui elle est plutôt grande, moi ça ne me fais rien. J'apprécie les sensations fortes, mais je les préfère au lit. Plus sérieusement je fais du saut en parachute, ça ne me fais ni chaud ni froid ce genre de choses. Mais on va la faire si il en a envie,, c'est pour lui que nous sommes là. Pour lui et son sourire que je l'ai emmené là. Un cri me fais sortir de mes pensées. Tiens Siloë a l'air tout excité. Mon regard suit son doigt jusqu'à un stand de tir a la carabine. Je pense avoir bien compris la situation. Je le pousse légèrement par le bras, le tirant jusqu'à la fin de la queue. Je veux qu'il se fasse plaisir, et je veux aussi qu'il ai ce qu'il a envie. On va donc commencer avec ses deux peluches. « Tu veux vraiment ces peluches? Viens on va te les gagner.» Je lui prends doucement la main et nous avançons vers le stand.
.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONSIEUR LE MANIPULATEUR
avatar
△ MIROIR : Logan Lerman
△ LETTRES ENVOYÉES : 164
△ POINTS : 1234
△ VALISES POSÉES LE : 14/04/2015
△ PSEUDO : Circé chérie de LaDiva
△ CRÉDITS : nightsky&Tennessee.

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Lun 25 Mai - 14:21


Pourquoi moi ?
Moroë


C'est moi ou il s'excuse ? À la Mordred, certes mais il s'excuse. Bon, les peluches me font de l'oeil, elles sont adorables, je n'en peuvent rien, puis ça convient à nos deux prénoms, Siloé ça fait un peu du style qui vient de la mer et Mordred ça me fait penser à un ours, comme mordu dans Rebelle, oui, j'ai de la culture niveau dessin animé. Bon, après tout je suis encore un gamin, un gamin majeur mais un gamin, on ne va pas m'en vouloir indéfiniment si . Ok. Peut-être. Et, vraiment, je suis bien dans ses bras, je suis confortable, tellement que je pourrais dormir. Je comprends pas trop quand il me fait avancé, en vrai, mes yeux sont fermés, je voulais plus voir ces trucs tout doux me faire de l'oeil, je capte juste qu'on marche actuellement, et que ma tête est contre lui, j'ai peut-être l'air d'une meuf comme ça, après tout il est plus grand que moi et plus musclé ! Une fois, dans une queue pour un fast-food on m'a appelé "mademoiselle" c'était le truc le plus gênant de l'histoire de ma vie ! Son bras, m'offre une certaine sécurité, je me sens à ma place, je me sens comme un enfant protégé par les gens qu'il aime, je me sens bien, je me sens en harmonie avec lui, j'entends les battements de son coeur, je sens son corps se tendre et se détendre, ses muscles se mettre en mouvement. J'ai un gémissement de colère quand son bras s'enlève de mes épaules et je fronce les sourcils faisant la moue, j'ai sérieusement l'air d'une meuf. Quand sa main se glisse dans la mienne j'enlève toute trace de mécontentement de mon visage, j'aime cette sensation. Je reste derrière lui pendant qu'il nous dirige vers le stand. « J'aime les peluches, c'est doux, c'est confortable et ça veille sur le sommeil. Un peu comme toi. » Ha... Je viens de parler comme un gosse et je viens de dire à Mordred que c'est ma peluche. Bon, il ne me reste qu'à me tirait une balle dans la tête dès maintenant hein. Je suis derrière Mordred, cachant un peu mon visage, quand on arrive au stand. « B'jour monsieur ! Bonjour mademoiselle. Alors mon gars, tu veux gagner des peluches pour ta p'tite amie ? C'est qu'c'est adorable ! C'est trois dollars cinq tirs. » Est-ce que j'ai le droit de protester en disant que je ne suis foutrement pas une fille ? J'ai des balles moi monsieur ! Mais, je lui en veux pas trop, y a juste la moitié de mon visage qui dépasse et un de mes yeux. « C'est qu'elle a de beaux yeux la demoiselle ! Si tu gagnes du premier tire j'te rembourse, faut bien divertir la minette plus tard hein ! » Je suis sûr que là, Mordred est au bord du fou rire, et, bah, moi aussi, ma tête s'est posé contre les omoplates de mon "copain" et je m'empêche de lâcher un rire plus que sonore et de me laisser pleurer. J'ai la honte putain, mais ça me fait rire, j'suis pas une fille ! J'suis sûr que le vendeur a oublié ces lentilles de contacts.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miranamidaa.tumblr.com/
MONSIEUR LE SÉDUCTEUR
avatar
△ MIROIR : Colton Haynes
△ LETTRES ENVOYÉES : 145
△ POINTS : 1185
△ VALISES POSÉES LE : 26/04/2015
△ PSEUDO : LaDiva, jeune demoiselle propriété de Circé
△ CRÉDITS : crackle bones, circé et moi pour l'avatar

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Lun 25 Mai - 20:06


Quand on vit un truc formidable, c'est dur d'y renoncer
Moroë


Les peluches...Je n'en ai jamais eu. Je n'aime pas les câlins, très tôt j'ai été abandonné a moi même. Très tôt, j'ai du me battre pour survivre. J'ai quelques souvenirs de mes premiers parents, les gays. Mais pas beaucoup, je ne suis pas resté trop longtemps avec eux. Ils étaient toujours dans les vapes. Je ne pouvais pas compter sur eux, et ça je le savais. Très tôt j'ai appris que je ne pouvais compter que sur moi-même pour survivre. J'ai appris ça et j'ai mis en pratique. Quand ils étaient trop ailleurs , je me faisais moi même a manger, j'allais moi même a l'école. J'ai été habitué comme ça, aujourd'hui encore j'ai besoin de personne pour survivre. Mais pour maintenir une part de gentillesse en moi, oui. C'est lui. Je sais pas si je peux parler de gentillesse a mon égard, mais c'est quelque chose comme ça. Vous voyez le genre. Il me compare a une peluche, j'en souris. Vraiment, il met un peu de baume au cœur. Je me sens relativement bien aujourd'hui. Relativement serein, sans doute est-ce grâce a ses sourires. Il n'y a pas de sans doute qui tienne, c'est forcément ça. «Tu te rends compte que tu me compares a une boule de poil?» C'est étrange comme comparaison, car je ne suis pas aussi doux et réconfortant qu'une peluche. Je ne le serais sans doute jamais, mais bon. Il ne faut jamais dire jamais comme ils disent. La personne qui gère le stand...est aveugle, ou je ne sais quoi. Déjà ce n'est pas une fille, je ne sais pas, il ne le ressemble pas...C'est aussi peut être parce que je l'ai déjà vu nu, mais sinon,il ne ressemble pas a une fille. Et ensuite...ce n'est pas ma petite amie. Enfin, non, mon petit ami. Et puis en plus...il trouve qu'il a de beaux yeux. Je ne sais pas, ce n'est pas une chose a dire normalement, surtout si je suis – aux yeux de cette personne – son chéri. J'attire Siloë près de moi, remettant ma main sur l'une de ses épaules. «Voyez-vous monsieur, ma petite amie n'est pas une jeune fille. Et encore moins une minette.» Je ne supporte pas ce terme, même si Siloë avait été une fille, j'aurais fais de même. « Mais alors, si c'est pas une jeune fille c'est quoi? J'pense pas qu'elle soit une vieille hein, sinon passez moi m'a p'tite dame le numéros de votre chirurgien esthétique!» Je pensais pas que j'allais faire ça. Vraiment pas. Pourtant me voilà partit dans un fou rire. Cet homme est fou et con. Vraiment très con. « Non mais ce n'est pas ce que je voulais dire. Ce n'est pas une fille, c'est un garçon. Tout simplement. Tiens Silo', montre ton joli minois au monsieur.» Je le met légèrement en avant, tout en gardant mes bras autours de ses épaules. Tout en le protégeant du monde extérieur.
.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONSIEUR LE MANIPULATEUR
avatar
△ MIROIR : Logan Lerman
△ LETTRES ENVOYÉES : 164
△ POINTS : 1234
△ VALISES POSÉES LE : 14/04/2015
△ PSEUDO : Circé chérie de LaDiva
△ CRÉDITS : nightsky&Tennessee.

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Lun 25 Mai - 22:47


Pourquoi moi ?
Moroë


J'ai toujours vu que Mordred n'était pas si recommandable que ça, j'ai toujours entendu que du bon sur lui et ça cache toujours quelques choses. Je ne sais pas combien de temps je l'ai observé avant qu'il ne vienne me parler, je ne sais pas combien de temps il m'a observé avant de venir me voir. J'ai toujours eu peur de son aura, il avait une aura malfaisante, triste, torturé. Il a un visage dur mais qu'on aime observer, Mordred, j'ai su qu'il y aurait quelque chose entre nous dès que je l'ai vu. Dès que j'ai compris qu'il était en couple avec un pompom girl, dès que j'ai vu qu'il avait quelques cicatrices dans le dos. Je me souviens, quand il s'est rapproché de moi la première fois. J'avais de la glace sur le coin de la bouche, c'était le seul jour ou la cafétéria en proposait, et, il s'est approché doucement de moi et me l'a retiré avec son doigt avant de le mettre dans sa propre bouche. Je me souviens juste de mes genoux tremblants de mes joues devenant rouges, et de son clin d'oeil. Quand est-ce que tout a dérapé entre nous ? Je pense que c'était quand je lui souriais parfois en cours, que je m'asseyais près de lui et que je m'endormais sur ma table. Je sais, je sais qu'il m'aimait, mais il devait sauver les apparences, alors, quand on s'est retrouvé la première fois dans la salle de sport, et qu'on s'est embrassé, j'ai eu le droit à un coup de poing. Je n'ai pas compris, vraiment, je ne savais pas quoi faire, je suis rentré chez moi. Je pense qu'il devait avoir peur que je dise quelque chose à quelqu'un. Je sais, je tombais sur un mec comme mon père, comme celui qui m'avait élevé, je tombais sur une brute. Je me souviens, que ce soir-là, je me suis réveillé en sursaut, la fenêtre s'était ouverte, d'un coup. Papa m'avait frappé, encore, je sais pas, peut-être parce que j'étais en retard. Je ne me souviens pas avoir protesté, je me souviens de sa main sur ma bouche et de mes mains emprisonnées. Je me souviens aussi que c'était ma première fois, et que, comme j'aimais Mordred, ça ne m'a pas fait mal plus que ça. Je me souviens que c'était un viol. Enfin, pour lui, pour moi c'était juste que j'avais couché avec quelqu'un. Je me souviens que je me suis évanouie ensuite et que je me suis réveillé dans un endroit inconnu. Si Mordred me frappe-je pense que c'est par peur que je raconte tout, il me tient sous sa coupe. Quand ses bras son autour de moi ça résume bien notre relation, protection, secret. Mordred rit et ça me fait plaisir, j'aime quand il rit, j'aime quand il est heureux, quand il se lâche un peu. J'ai ma tête contre son torse, c'est notre position, je sais pas, mon visage n'est pas en vue pour le moment, ses bras sont contre nous, le vieux me voit pas et ça me dérange pas. J'en profite pour embrasser une parcelle de peau dépassant de son t-shirt, juste pour la folie de l'instant. Je ris aussi, un peu. Mon nez se fronce, je lui fais une petite grimace. « Tu trouves que j'ai un joli minois ? » Je lui ai murmuré cette phrase, ça me choque toujours quand on trouve que je suis beau, et j'assume, je m'aime pas particulièrement quoi. Mordred me retourne, mettant mon visage devant, ne pas coller contre son torse. Ses bras sont sur mes épaules glissant jusqu'à se rejoindre sur mon ventre, il a même sa tête sur le haut de mon crâne. « Momo je veux la tortue... Et l'ours aussi...» Mes mains sont agrippés aux siennes et j'ai les joues rouges, les yeux vers le sol, je suis un peu intimidé, on dirait vraiment qu'on sort ensemble. « C'est qu''c'est un androgyne votre p'tit bout ! C'est que ça change pas grand-chose à la donne mon grand, z'avez une jolie p'tite perle dans vos bras !» Je peux pas m'empêcher de sourire, si seulement il savait qu'on ne sort pas ensemble il serait un peu déçu le monsieur. « Aller mon grand, pour que qu'tu fasses plaisir à le p'tit ange là, je te le fais gratuit ! Essaie d'lui décroché ces peluches ! » Et le vieux monsieur lui tend la carabine, et moi j'embrasse Mordred sur la joue pour lui portée chance.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miranamidaa.tumblr.com/
MONSIEUR LE SÉDUCTEUR
avatar
△ MIROIR : Colton Haynes
△ LETTRES ENVOYÉES : 145
△ POINTS : 1185
△ VALISES POSÉES LE : 26/04/2015
△ PSEUDO : LaDiva, jeune demoiselle propriété de Circé
△ CRÉDITS : crackle bones, circé et moi pour l'avatar

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Sam 30 Mai - 2:01


Quand on vit un truc formidable, c'est dur d'y renoncer
Moroë


Je me dis des fois, que j'aimerais bien pouvoir sortir avec lui sans me soucier des regardes des autres. Sans me dire que je n'en ai pas le droit, que je ne peux pas me balader avec lui, main dans la main. Je ne peux pas lui offrir une glace ou je ne peux pas mettre ma main dans la poche de son jean arrière. Je ne peux rien de tout ça et je ne pourrais jamais faire ça. Cette chose, n'est qu'un rêve. Un doux rêve, certes, mais il n'en reste pas moins un songe et rien d'autre. Absolument rien d'autre. Lorsque ses lèvres se posent sur une partie de mon corps, qui n'est pas recouverte par du tissu, j'en frissonnes légèrement. Mais très faiblement, très discrètement. «Oui, tu as un joli visage...mais il y a pas que ça qui est beau chez toi.» Je lui réponds sur le même ton que lui. Je sais pas...je croisq ue je deviens en besoin de lui dire des choses gentilles, je ressens le besoin de lui montrer que je ne suis pas qu'un monstre. «Vous savez monsieur, je sais bien que j'ai une perle dans mes bras. Et puis ne dîtes pas le p'tit ange, mais plutôt votre petit ange. Ce garçon n'est pas seul.» J'accorde un sourire a Siloë, tout en attrapant la carabine. Je suis doué a ce genre de jeux, depuis des années j'y joue. Tout ce qui se rapporte a réussir, ça marche avec moi. Et puis je suis déjà allé a une Foire avec Anna, elle voulait que je lui attrape des trucs aussi. J'ai gagné. Et je vais gagné là aussi, mais cette fois ci, pour lui. Je vise, puis tir. Bien entendu, je marque. Je réussis dès le premier coup, je m'occupe des autres cibles, toutes sont a terre. J'ai un air légèrement triomphant sur le visage et je me retourne vers Siloë. «On va commencer par prendre la tortue, après on aura l'ours.» La voix de la personne qui tient le stand se fait entendre, me demandant quel prix je voulais et que c'était fort que j'y sois arrivé dès le premier coup. Si il savait...Siloë est une belle récompense pour moi. «Ça sera cette tortue, je peux rejouer? Je voudrais lui gagner cet ours là.» Je lui donne cinq dollars, la première fois était gratuite, ça me fait rien de payer pour rejouer. A vrai dire, je pourrais mettre des dollars et des dollars pour lui offrir cette peluche.
.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONSIEUR LE MANIPULATEUR
avatar
△ MIROIR : Logan Lerman
△ LETTRES ENVOYÉES : 164
△ POINTS : 1234
△ VALISES POSÉES LE : 14/04/2015
△ PSEUDO : Circé chérie de LaDiva
△ CRÉDITS : nightsky&Tennessee.

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Sam 30 Mai - 19:55


I love you so much
Moroë


Quand il tire, je trépigne, je suis heureux, je suis comme un gamin qui va avoir une sucette, je suis heureux, heureux d'avoir mes peluches, de le voir tenté de me rendre heureux, j'aime le voir tiré sur des cibles il a l'air d'un sniper et putain ce que je trouve ça sexy. Puis, Mordred est naturellement sexy. J'ai un rire et je saute sur place quand il a tout fait tomber, je retombe en enfance, une enfance que je n'ai jamais eue en vérité, mais je suis heureux, heureux c'est tout ce qui importe ! Quand il me tend la tortue dans les bras je ne réfléchis pas, je l'embrasse, mes mains sur sa nuque et sur sa joue, mes yeux fermés, mon corps se penchant un peu en arrière, je l'aime, je l'aime putain ! « Merci ! Je t'aime si tu savais à quel point je t'aime. » Je suis amoureux de lui, vraiment amoureux, et je le trouve magnifique, je le trouve beau quand il sourit, quand il bande ces muscles, quand il me fait des clins d'oeil je le trouve magnifique quand il parle, quand il pleure, quand il a un air maussade collé sur son joli visage. Je l'aime. Il donne cinq autres dollars au monsieur et moi je suis aux anges, je sautille sur place et me retiens de le pousser dans un coin sombre pour qu'il me fasse l'amour, je me retiens vraiment beaucoup. Une cible, deux, trois, quatre, cinq ! Je pousse un cri, le monsieur me tend la peluche et moi je saute dans les bras de Mordred, mes jambes autour de son bassin et mes lèvres collées aux siennes. je serre les deux peluches contre nos torses, elles sont de taille moyenne et pourtant elles me ravissent. « Dis, on peut aller à la maison hantée ? » Un vrai gamin, un vrai de vrai. Puis, il aura une raison de me tenir contre lui comme ça, et dans le noir, on pourra s'embrasser.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miranamidaa.tumblr.com/
MONSIEUR LE SÉDUCTEUR
avatar
△ MIROIR : Colton Haynes
△ LETTRES ENVOYÉES : 145
△ POINTS : 1185
△ VALISES POSÉES LE : 26/04/2015
△ PSEUDO : LaDiva, jeune demoiselle propriété de Circé
△ CRÉDITS : crackle bones, circé et moi pour l'avatar

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Jeu 4 Juin - 17:14


Quand on vit un truc formidable, c'est dur d'y renoncer
Moroë


Rien ne me rends plus heureux que lui. Que son sourire et la joie que je peux lire dans ses yeux. Rien ne me rends plus malheureux si je le vois triste, rien ne peux me rendre plus énervé si il fait...Non en fait, pour le dernier c'est pas encore ça. Rien ne peux m'énerver plus que le fait que des personnes le touchent ou lui disent des trucs. Salauds. Connards. Enfoirés. C'est tout ce que je pourrais trouver comme termes encore polis pour les désigner. Oui je les hais, vraiment. Je hais voir ces larmes couler le long du visage de ce p'tit ange. Je hais vraiment ça. Alors là le voir heureux, le voir souriant, riant, ça me met du baume au cœur. J'en oublierais presque que je lui ai déjà fais du mal. Ouais, presque. Il est si beau quand il est comme ça. Il ressemble a un prince je trouve, puis il a pas honte. Il me prends et m'embrasse comme ça. Devant les autres. Et il commence a me libérer de ça aussi...Oui c'est contagieux. Je ne suis pas spectateur de ce baiser, non. J'y participe. Oui, même si y a du monde. Pan. Seconde peluche de remportée. Second baiser. Il semble vraiment heureux, j'aime le voir comme ça. J'aime tellement ça que je me promet de faire en sorte que cette journée soit magique. Oui, promis. Toujours dans mes bras, j'avance avec lui comme ça. Évitant de succomber a mon envie de l'embrasser. C'est pas ma faute si il me fais cet effet là. C'est pas ma faute si je l'aime aussi. Donc c'est normal que j'en ai envie. Maison hanté? Pourquoi pas. Ça ne fera pas de mal et puis...c'est dans le noir. «Ok, allons-y.» Je le repose au sol, mais je le garde dans ma main. J'ai pas envie de le lâcher, c’est grave docteur? J'ai juste pas envie. « Content? Je veux dire, pour tes peluches.» Je sais pas pourquoi je demande, j'ai la réponse. Et j'ai encore la saveur de cette réponse sur mes lèvres.
.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONSIEUR LE MANIPULATEUR
avatar
△ MIROIR : Logan Lerman
△ LETTRES ENVOYÉES : 164
△ POINTS : 1234
△ VALISES POSÉES LE : 14/04/2015
△ PSEUDO : Circé chérie de LaDiva
△ CRÉDITS : nightsky&Tennessee.

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Sam 6 Juin - 14:34


I love you so much
Moroë


J'ai déjà fait le con avec Mordred. Je me suis enfui. Une fois, deux fois, trois fois. Je suis parti en soirée sans le prévenir, sans rien lui dire. Il me faisait confiance et j'ai tout détruit d'un coup, n'en pouvait plus. À ce moment, il avait arrêté de me frapper, parce que j'étais devenu un adorable pantin, celui à qui on ouvre la bouche et qui sait ce qu'il doit faire. Mais j'étais devenu muet aussi, je me suis tu, j'ai arrêté de parler, j'étais juste la poupée gonflable de Mordred, j'étais celui qui servait si Annabeth n'avait pas suffi, je passais en second plan. C'était une période cruellement difficile pour moi, supporter tout ça, me faire frapper parce que le fait que je me taise indisposait Mordred. Il avait toujours eu l'habitude du moi avec un ton mordant, des phrases sarcastiques et une soumission totalement invisible. Là, d'un coup, après une énième viole et un poing dans la gueule j'ai fini par abdiquer. Me taire pour ne plus le vexer, juste servir pour le sexe, ne plus manger, ne plus bouger, Juste être une poupée gonflable qu'on laisse dans un coin et qui prend la poussière. Puis après une semaine d'état catatonique et de séchage de cour, je suis parti, à une fête, où il était invité, mais il m'avait dit qu'il n'irait pas, pour rester avec moi, pour me forcer à manger. Oh, chéri si tu savais ce que j'ai fait ce soir-là. J'ai fumé, un peu, histoire de me décoincer, j'ai dansé, avec des filles qui me dégouttaient et je suis allé m'asseoir dans un coin, la tête contre le mur. Ça faisait deux ans, que j'étais prisonnier de lui, j'avais dix-huit ans. On s'est connus jeune, hein. À seize ans. Enfin, il était plus âgé quoi. Ouais, Mordred a deux ans de plus que moi. Il avait dix-neuf ans, mais il était interne au lycée, je sais plus pourquoi, une histoire bizarre, ou bien il a redoublé ? Je sais pas, ça semble possible. Bref. Ce soir-là, j'ai reçu six coups de fil sur mon téléphone, de Mordred. Il était sans doute inquiet, je suppose qu'il était en colère également. Il a fini par comprendre, par venir, par me claquer encore plus contre ce mur. Par m'embrasser. Étrangement, ce baiser avait le goût des larmes. Il avait pleuré mon Mordred. Il a cru que j'avais fait une plus grosse connerie. Je suppose, que, quand on est rentré, c'est la première fois qu'on a fait l'amour, vraiment amoureusement, pas avec violence. Il avait eu peur, plus peur que moi. Moi, je voulais juste me venger de lui, de ce qu'il avait fait. Là, je reviens au présent, et je me sens bien, dans ses bras, je suis confortable. Mais je gronde quand il me pose. « Pourquoi tu me poses...?» Je boude un peu, j'aimais bien être tout contre lui moi. « Oui je suis heureux...» Je m'arrête, le tire vers moi, et l'embrasse à nouveau, tenant tout de même les peluches dans mon bras non occupé, ce n'était pas très malin, il me faudrait un sac maintenant. Je soupir et je lui fais signe de me reprendre dans ses bras, comme si j'étais un bébé dans les bras de son papa. 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miranamidaa.tumblr.com/
MONSIEUR LE SÉDUCTEUR
avatar
△ MIROIR : Colton Haynes
△ LETTRES ENVOYÉES : 145
△ POINTS : 1185
△ VALISES POSÉES LE : 26/04/2015
△ PSEUDO : LaDiva, jeune demoiselle propriété de Circé
△ CRÉDITS : crackle bones, circé et moi pour l'avatar

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Dim 7 Juin - 0:58


Quand on vit un truc formidable, c'est dur d'y renoncer
Moroë


«Je sais pas...Pour prendre ta main?» Je suppose que c'est ça. Ou alors c'est parce qu'il aurait sans doute aimé que je fasse ça. Je refuse de le forcer. Je veux vraiment pas. Puis c'est sa journée là. Il faut qu'il en profite. «Je...non laisse tomber.» Je pense pas qu'il puisse comprendre. Et puis ça fait rien. Vaut mieux avancer dans cette journée que de marcher a reculons. Il m'embrasse, je le laisse faire. Partageant ce cours instant avec lui. Je l'aime oui. Comme j'aimerais pouvoir l'embrasser là maintenant. Je le reprends dans mes bras, marchant donc avec lui. Ca me gêne pas. Vraiment pas. Et puis il est pas lourd. Il est léger comme tout. «Allons-y princesse.» On prends la direction de la maison hantée. J'aime bien les maisons hantées. Je n'y ai jamais peur, jamais oui. C'est sombre, tout est fait pour vous donner des frissons. Tout est fait pour vous donner la chair de poule. Oui ce sont des beaux endroits. Mais ce n'est pas non plus ce que je préfère. On y rentre, directement on se retrouve dans le noir. Directement je le pousse dans un coin, contre un mur. Mes lèvres se posant sur les siennes. Mes mains allant sous son t-shirt. Non on va rien faire ici. Enfin normalement. Mais là...voilà, j'en avais envie.
.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONSIEUR LE MANIPULATEUR
avatar
△ MIROIR : Logan Lerman
△ LETTRES ENVOYÉES : 164
△ POINTS : 1234
△ VALISES POSÉES LE : 14/04/2015
△ PSEUDO : Circé chérie de LaDiva
△ CRÉDITS : nightsky&Tennessee.

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Dim 7 Juin - 12:36


I love you so much
Moroë


« Je t'ai vexé ?.... Je suis désolé, je préfère juste être tout contre toi, ça me rassure. » Je ne mens pas, je préfère être contre lui que le prendre pas la main. Je ne peux pas me perdre quand je suis dans ses bras, je ne peux pas le lâcher, il ne peut pas s'enfuir. C'est ça, je veux juste être complet avec lui, je veux juste ne plus partir et rester contre lui. Je sais pas s'il comprend mon besoin permanent d'être contre une personne que j'aime. Une fois, quand il m'a autorisé, je suis allé dormir chez mon jumeau, je me suis endormi dans ses bras, je me sentais bien, comme si on n'avait jamais été séparé. Mais avec mon Mordred, c'est que je le veux en moi, tout le temps, je veux qu'on ne fasse qu'un, qu'on ne soit plus qu'une seule personne comme ça plus jamais on ne sera triste. Je sais que mon amoureux a vécu plein de choses et que c'est pour ça qu'il sort avec Anna, pour être le gars parfait sans aucun défaut. Ah, mais moi je connais tous ces défauts. Il est violent, manipulateur, menteur, intimidant, un peu narcissique parfois. Moi aussi je suis comme ça, mais moi, je suis lunatique, je change d'humeur, je change de caractère en une seule fois, sans prévenir. Là je suis le Siloë heureux, l'enfant en manque d'amour. Parfois je suis le Siloë triste, soumis. Et d'autres je suis le normal, le petit con. Mais, il m'aime avec toutes mes facettes et je le remercie pour ça. Je soupir, j'aime bien être contre son torse, j'aime bien. Après, je lui demanderai si je peux avoir des gâteaux ou ce genre de truc, ça fait longtemps que je n'ai rien bu de sucré. Ne y a pas de ça chez Mordred, et à l'université ça coûte trop cher. Bon sang, ce que j'aimerais que mon père crève, que j'hérite d'un peu de sa fortune ! Je souris quand Mordred me plaque contre ce mur, il fait noir, je le vois pas, c'est un peu bizarre, je sais que c'est lui pourtant.

Est-ce qu'on va oser coucher ici ? Je sais pas, juste se toucher, je pense. Je me prends au jeu, jusqu'à ce qu'un putain de zombie commence à avancer vers nous, ah, oui quand même. J'arrête tout, l'embrasse, et lui prend la main, nous faisant avancés assez vite, j'ai peur de ces trucs-là, j'suis une vraie fille. Quand on arrive au niveau des trucs automatiques, je m'installe à côté de lui, j'ai toujours un peu peur, les trains fantômes j'en ai jamais fait avant, mais, ça me fait flipper d'ouf quand même. Je sers sa main en mettant ma tête dans le creux de son cou. Il y a des trucs qui menacent de me toucher, alors, je me rapproche encore plus. « Il y a les zombies ils veulent me violer Momo. » Je sais pas si c'est drôle ce que je viens de dire, mais, là c'est vrai. 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miranamidaa.tumblr.com/
MONSIEUR LE SÉDUCTEUR
avatar
△ MIROIR : Colton Haynes
△ LETTRES ENVOYÉES : 145
△ POINTS : 1185
△ VALISES POSÉES LE : 26/04/2015
△ PSEUDO : LaDiva, jeune demoiselle propriété de Circé
△ CRÉDITS : crackle bones, circé et moi pour l'avatar

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Mar 9 Juin - 23:34


Quand on vit un truc formidable, c'est dur d'y renoncer
Moroë


On va pas le faire ici...si? On s'embrasse, on se touche. On profite. Jusqu'au moment où il pousse un cri. Il me prend la main et m’emmène loin. Très loin. Seulement un faux zombie et il se met dans tout ses états...C'est qu'il a peur de tout mon Siloë. Pour ma part j'aurais ordonné au figurant de dégager et j'aurais continué sur ma lancer avec Silo'.Oui on aurait sans doute couché ensemble. Y a des chances...Oui je suis un malade. Mais que voulez vous, Siloë je l'aime. Il m'attire. Tout le temps, toujours...A chaque instant il n'y a pas une parcelle de mon être qui ne crient son manque. « Juste pour voir...» Oui c'est a moitié une menace. J'aimerais juste voir quelqu'un essayer de le toucher. Juste pour rire. Je ne garantis pas de ne pas blesser quelqu'un , même si il n'est pas humain. «Allez viens là.» Je le prends dans mes bras, profitant de cet instant pour effleurer ses lèvres. Et aussi pour caresser sa jambe. N'est-il pas mignon? Si, bien sur que si.
.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONSIEUR LE MANIPULATEUR
avatar
△ MIROIR : Logan Lerman
△ LETTRES ENVOYÉES : 164
△ POINTS : 1234
△ VALISES POSÉES LE : 14/04/2015
△ PSEUDO : Circé chérie de LaDiva
△ CRÉDITS : nightsky&Tennessee.

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   Lun 22 Juin - 11:47


I love you so much
Moroë


Dès le début c'était perdu d'avance. Moi et lui. C'était juste impossible, c'était une utopie impossible à atteindre, un rêve trop réaliste. Je me souviens de ces lèvres rudes la première fois, je me souviens de sa main pressant ma cuisse, je me souvient que nôtre premier baiser n'avait rien de romantique. Il venait de sortir de son entraînement de foot, et moi j'étais là comme un con à l'attendre, oui, je l'attendais, je me souvient pas très bien pourquoi, un sujet qu'on devait faire ensemble, l'élève le plus intelligent c'était lui, et moi j'étais juste le gosse qui avait sauté des classes. Je me souvient du casier pressant contre mon dos, je me souvient de mes jambes autours de sa taille, tout ça avant qu'il ne se souvienne qu'il avait une petite amie, avant que je me prenne un poing dans la gueule, avant que je n'ai le droit à ce regard confus, celui, disant "tu parles de ça à quelqu'un, je te bute" et je sais qu'il était sérieux. Je suis pas rentrer tôt ce soir là, je suis rester deux heures dehors à pleuré dans le noir, devant la lycée, parce qu'à part la maison de mon "père" j'avais aucun endroit où aller. Parce que j'étais tellement perdu que j'ai escaladé un arbre pour passer par ma fenêtre, pour ne pas me faire frapper encore une fois. Loupé, il m'a demandé qui m'avais frapper, et comme je n'ai pas eu le coeur à lui dire il m'a frapper encore plus fort. Je sais, que Mordred à vu ça, parce que je savais qu'il m'avait suivit, qu'il souhaité parler de ça avec moi, je suppose qu'il s'est dit que j'avais l'habitude d'être frapper, et qu'il fasse pareil ne me changerai pas. Mordred, la première fois à suivi le premier baiser, j'étais bien amoché ce soir là, et je me suis pas réveiller dans ma chambre. Je me souvient, quand il m'a accordé un peu de liberté c'était pour que j'aille chercher mes affaires chez mon père, je me souviens que ma mère été là, je me souvient que j'ai fait un peu trop de bruit, et je sais aussi que je n'ai d'abord pas compris ce qu'il se passer. Quand je me suis pris un coup de poing je n'ai pas réagit, j'ai juste laisser tomber mes affaires. Mais j'avais pas prévu le couteau, la tentative de viole non plus, c'était pas prévu. Je sais, que Mordred à défoncé la porte, qu'il m'a vu à genoux, un couteau planté au niveau de l'aine, couvert de sang, le t-shirt déchiré et mon père qui essayer de défaire sa ceinture. Et ma mère, choqué, pâle, qui ne pouvait rien dire, sauf supplier ce monstre de ne pas faire ça. Je me souvient que mon père à crier quand Mordred l'a frapper, je me souvient qu'il m'a allongé et qu'il ma retiré le couteau en me faisant mordre sa main, je sais qu'il a encore une cicatrice à ce niveau, mes canines sont trop pointus je vous jure. Je me souviens, qu'à une soirée, je jouais de la basse, et il est venu, avec tous ces potes, et, ce jour là, j'ai vomis. J'ai vomis parce qu'il touchait une fille, qui n'était pas sa copine, qui n'était pas moi. Mordred n'est pas fidèle, il ne l'a jamais été, il joue double jeux avec tout le monde. Je ferme les yeux, j'essaie de l'oublié, mais il est partout. Le gars avec qui j'avais jouer au foot et avec qui je m'entendais bien, il n'a plus jamais voulu me parler, alors que je n'avait rien fait. Je me suis retrouvé enfermé dans une bulle, mais, j'aimais ça au fond. Je suis coller contre lui, ma main se retrouve sur un de ces bras et mon autre main touche ma cicatrice, on ne sent rien, ce n'est plus gonflé, mais c'est brun, étrangement, d'habitude, ça serait blanc, mais pas avec moi, ça ressemble à une brûlure, mais c'est pas le cas. Un truc menace de m'attraper le bras. Et je me blottit directement contre Mordred, c'était encore un zombie. 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miranamidaa.tumblr.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ⊱ Moroë
» Si le gens pouvaient s'entendre comme lui aime les animaux...
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» ça ne se passe pas comme je voulais...
» Roch Voisine - Comme j'ai toujours envie d'aimer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROCKY MOUNTAIN EMPIRE :: LES ACTIVITÉS A GLENWOOD SPRINGS :: S'amuser à Glenwood Canyon... :: Le parc d'attraction-